ACTUALITÉS

Propulsion vélique : vecteur de créativité, d’innovations pour les cinq marines

Projet -EOSEAS - STX
Date : Jeudi 19 mai 2016
Source : NC

Le jeudi 12 mai au Ministère de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, 80 personnes du monde maritime se sont retrouvées à la Matinale du Corican dédiée au renouveau de la propulsion vélique.

Jean Zanuttini (Neoliner) a rappelé les enjeux de R&I que retrace la feuille de route du CORICAN dédiée sur cette propulsion.
Quatre porteurs de projets actuellement soutenus par l’Etat (PIA*) sont venus matérialisés ses propos avec les projets :
Silenseas, porté par STX, où Stéphane Klein a exprimé l’enjeu d’une nouvelle forme de croisières autour du monde ;
Towt avec Guillaume Le Grand avec pour ambition de transporter autrement et de valoriser le mode de transport écologique aujourd’hui passé sous silence dans le calcul des coûts des produits
Beyond the sea, Yves Parlier et Sea Aile, Marc Van Petteghem, ayant le point commun de porter de nouvelles formes de propulsion à la voile (kite et sea aile).
Un point commun pour ces intervenants : concevoir une propulsion simple à manipuler par les marins.

« Le renouveau de la propulsion vélique : mythe ou réalité ? »

Pour les intervenants de la table-ronde, cette propulsion est déjà couverte par de multiples initiatives. D’après Patrick Poupon, directeur du pôle Mer Bretagne, « une forte activité de recherche est conduite dans les laboratoires (Ecole centrale de Nantes, Ensta Paris Tech et Bretagne, ENSM…) : que ce soit sur les nouveaux modèles numériques de navigation ou les capteurs pour mieux comprendre le comportement des carènes« . Pour Catherine Chabaud, déléguée à la mer et au littoral, MEEM, « trois marges d’innovations sont en jeu : les manœuvres, la forme et les matériaux« .

Pour Hugues d’Argentré, délégué général du GICAN, « l’essor de la filière française est basé sur les innovations majeures telle que la propulsion vélique. Un travail est également à conduire en matière d’infrastructures ».
La Polynésie Française (121 îles dont 80 habitées) avec des vents alizés, serait d’après un participant, un formidable espace de démonstration pour le transit et fret maritime d’île en île.

La propulsion vélique ne trouvera sa place sans la mobilisation de l’Etat comme partenaire (via des outils comme «Initiative PME» ou les financements européens). La fédération des industries nautiques, a souligné que la course au large est une véritable fabrique d’innovations pour les cinq marines afin d’imaginer des navires plus propres, sûrs, économes et intelligents. François Lambert, conseiller mer, outre-mer, ports et transport fluvial auprès de Alain Vidalies, secrétaire d’Etat chargé des Transports a conclu la Matinale en insistant sur la coopération nécessaire Etat et acteurs privés.

* Plan Investissements d’Avenir
Les Matinales du Corican sont à l’initiative conjointe du GICAN et du MEEM.Prochain rendez-vous pour la filière : Euronaval du 17 au 22 octobre 2016 – http://www.corican.fr/evenement/